Blogue

Mon expérience en tant qu'intervenante

16 avril 2015


J’ai envie de vous partager une situation récurrente que je vis au moment où je rencontre une personne pour la première fois.

 

Moi :               Salut. Moi, c’est Michelle.

Inconnu-e :    Salut, Michelle. Moi, c’est ____________. Qu’est-ce que tu fais dans la vie, Michelle?

Moi :               Je travaille au CALACS francophone d’Ottawa, un centre d’aide et de lutte contre les agressions sexuelles pour les femmes francophones d’Ottawa, comme coordonnatrice des services d’intervention.

Inconnu-e :    Oh… Ça doit être dur ça, d’entendre les histoires de ces femmes!

Comment répondre à cette fameuse question qui me revient régulièrement?

Comment reconnaître la réalité des survivantes qui vivent avec des conséquences graves et innumérables sans pour autant les dévaloriser, les revictimiser?

Alors, j’aimerais clarifier. Il n’est pas difficile pour moi d’intervenir auprès de femmes qui ont été victimes d’agression sexuelle. Pour moi, c’est un privilège. Les femmes que je rencontre m’inspirent par leurs histoires de courage, de résilience, de débrouillardise et de dépassements. Elles alimentent ma passion. Elles me propulsent à créer de nouveaux outils, de nouveaux services, tout ce qui peut venir en aide.

Toutefois, il existe une réalité très difficile, qui ne leur appartient pas, celle de l’existence de la violence faite aux femmes. Encore aujourd’hui, ici au Canada, 1 femme sur 3 sera victime d’agression sexuelle. Ce qui est dur pour moi, c’est de savoir que les femmes que je rencontre représentent un minime pourcentage des femmes violentées, que nous manquons de ressources pour répondre à la demande, qu’il y a tant de besoins, tant de choses qui pourraient être mises en place...

Chères inconnues, chers inconnus, que je côtoie, qui me lisez présentement, vous avez peut-être, vous aussi, été victimes d’agression sexuelle. Vous connaissez sans doute une personne qui l’a été. Aidez-moi donc à passer le mot : ces personnes ont une force incroyable et pourraient être encore plus fortes avec l’appui de leurs proches, de leur communauté. Investissons-nous dans la prévention pour éliminer l’agression sexuelle. Investissons-nous dans l’appui direct aux survivantes pour qu’elles puissent bénéficier du meilleur service possible!

Michelle Petersen, Coordonnatrice des services d’intervention